CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL
Sauter les liens de navigation
Logo du CCDS Photo de deux jeunes femmes Photo d'une famille Photo d'Anna et son amie Photo d'Emily Photo de Grand-père et Adam
Recherche :

Autres documents

La pauvreté dans les agglomérations urbaines du Québec

 

table des matières page précédente page suivante

Introduction

Le phénomène de la pauvreté au Québec évolue très rapidement depuis quelques décennies. L’action combinée de la croissance de l’emploi et de l’augmentation des paiements de transfert au cours des années soixante, soixante-dix et jusqu’au milieu des années quatre-vingt a grandement contribué au recul de la pauvreté.1 Toutefois, le début des années 1990 a été marqué par un retour de la croissance de la pauvreté. Cette progression a particulièrement touché les familles monoparentales, les jeunes familles, les femmes, les jeunes et les enfants. Seules les personnes âgées de 65 ans et plus semblent ne pas avoir expérimenté une augmentation de la pauvreté.

Au Québec, la grande majorité de la population vit en agglomération urbaine. Plus de trois Québécois sur quatre habitent les 25 plus grandes agglomérations urbaines. L’importance de ces agglomérations dans l’économie québécoise n’est plus à démontrer. Elles sont à la fois centres industriels, centres de services, sièges des gouvernements et des services gouvernementaux, centres de formation, de recherche et d’innovation. Elles sont le moteur de l’activité économique et elles fournissent la vaste majorité des emplois. L’environnement que constitue une agglomération urbaine peut, en ce sens, être un facteur déterminant de la pauvreté.

Dans ce rapport, nous cherchons à mesurer le phénomène de la pauvreté au Québec en tenant compte de l’environnement que représente une agglomération urbaine. On y examine les individus et les ménages pauvres et non pauvres selon un grand éventail de caractéristiques, dont l’âge, le sexe, le type de la famille, l’activité sur le marché du travail, la scolarité, le revenu, ou le fait d’être handicapé. Notre objectif est de mettre en lumière les caractéristiques de la pauvreté dans les principales agglomérations urbaines du Québec, soit Montréal, Québec, Hull, Sherbrooke, Trois-Rivières, Chicoutimi/Jonquière, Saint-Jean-sur-Richelieu, Drummondville, Shawinigan, Granby, Saint-Hyacinthe, Rimouski, Sorel, Victoriaville, Salaberry-de-Valleyfield, Rouyn-Noranda, Joliette, Val-d'Or, Baie-Comeau, Alma, Sept-Îles, Thetford Mines et Saint-Georges.

Pour ce faire, nous traçons, dans un premier temps, un portrait de la pauvreté au Québec et un bilan de son évolution depuis le début des années 1990. Dans un deuxième temps, nous présentons, pour différentes caractéristiques d’individus et différents types de ménages, un portrait de l’incidence de la pauvreté au sein des principales agglomérations urbaines du Québec. Dans un troisième temps, nous mesurons l’intensité de la pauvreté dans les différentes agglomérations urbaines à l’étude. Finalement, nous tentons de regrouper les informations relatives à l’incidence et à l’intensité de la pauvreté en construisant un indice de pauvreté pour chacune des agglomérations urbaines à l’étude.

Ce rapport sur la pauvreté ne pourrait être complet sans que toute personne intéressée par la question de la pauvreté urbaine au Québec puisse avoir accès aux informations concernant la pauvreté dans sa propre agglomération. Voilà pourquoi nous reproduisons, à la fin de ce rapport, des profils d’une page sur la pauvreté dans chacune des agglomérations urbaines à l’étude.

Ce rapport va servir, nous le souhaitons, de ressource pratique aux personnes intéressées par la problématique de la pauvreté au Québec. Il devrait permettre à ceux qui font des recherches, qui élaborent des politiques publiques ou qui fournissent des services, de mieux comprendre la nature de la pauvreté au coeur de leur propre agglomération urbaine, et la manière dont elle diffère de la pauvreté dans d’autres agglomérations urbaines du Québec. Malgré la quantité d’informations publiées dans ce rapport, il ne devrait pas être considéré comme une étude exhaustive de la pauvreté dans les agglomérations urbaines du Québec, mais plutôt comme un manuel offrant à la fois des données et des pistes d’explication du phénomène de la pauvreté urbaine au Québec.

table des matières page précédente page suivante

Autres documents


Le Conseil canadien de développement social
190, rue O'Connor, Suite 100 Ottawa, Ontario, Canada K2P 2R3
Tél : 613-236-8977; Fax : 613-236-2750; Courriel : conseil@ccsd.ca