CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL
Sauter les liens de navigation
Logo du CCDS Photo de deux jeunes femmes Photo d'une famille Photo d'Anna et son amie Photo d'Emily Photo de Grand-père et Adam
Recherche :

Autres documents

La pauvreté dans les agglomérations urbaines du Québec

 

table des matières page précédente page suivante

L’indice de la pauvreté

Deux dimensions de la pauvreté ont fait jusqu’à présent l’objet d’une présentation : l’incidence de la pauvreté et l’intensité de la pauvreté. La première dimension cherche à mesurer la proportion de personnes, dans une région donnée, qui ont des revenus inférieurs au seuil de faible de revenu. Dans la deuxième, on tente de mesurer l’ampleur de cette pauvreté. Ainsi, une agglomération urbaine, comme celle de Sept-Îles, peut avoir une incidence de la pauvreté moins élevée qu’ailleurs mais l’intensité de celle-ci peut être plus élevée. Lorsque l’on évalue et compare l’importance de la pauvreté dans une ou plusieurs agglomérations urbaines, il est essentiel de tenir compte de ces deux facteurs.

Le CCDS a construit à cet effet un indice de pauvreté qui tient compte de ces deux dimensions5. La construction de cet indice est simple. Nous multiplions, pour les personnes seules, puis pour l’ensemble des familles, les résultats relatifs à l’incidence, soit le taux de faible revenu, par l’écart de pauvreté, puis nous ramenons les résultats sur une échelle de 100 en prenant les résultats de l’ensemble du Québec comme point de référence. Ainsi, sur une échelle de 100, l’indice de pauvreté pour les personnes seules et les familles au Québec est de 100 et varie selon les agglomérations. Un tel indice nous permet de classer les agglomérations urbaines en prenant en considération l’incidence et l’intensité de la pauvreté dans chacune des agglomérations urbaines à l’étude.

En examinant les résultats de l’indice présentés ci-dessous (Graphique 8), on constate assez rapidement que les deux plus grandes agglomérations urbaines du Québec possèdent des indices de pauvreté de plus de 10 points supérieurs à la moyenne québécoise. À l’opposé, Baie-Comeau, Thetford Mines et Sept-Îles possèdent les indices les plus faibles de pauvreté des personnes seules dans les agglomérations à l’étude. Lorsque l’on tient compte à la fois de l’incidence et de l’intensité de la pauvreté dans les agglomérations urbaines pour l’ensemble des familles, on constate que Montréal et Shawinigan se démarquent cette fois-ci en ce qui a trait à l’importance de leur pauvreté par rapport au Québec et aux autres agglomérations à l’étude. À Montréal, l’indice de pauvreté dans les familles dépasse de près de 30 points l’indice québécois de la pauvreté alors que celui de l’agglomération de Shawinigan le dépasse de quelques points seulement. Baie-Comeau et Rimouski sont parmi les agglomérations où l’indice de pauvreté est le plus bas (Graphique 9).

Lorsque l’on combine l’indice de pauvreté des personnes seules et celui de l’ensemble des familles, on constate que trois agglomérations urbaines ont un indice moyen de pauvreté supérieur à la moyenne québécoise et aux autres agglomérations. Montréal, Québec et Shawinigan sont parmi les agglomérations urbaines les plus pauvres. En contrepartie, les agglomérations urbaines de Baie-Comeau et de Thetford Mines sont parmi les agglomérations les moins pauvres. Nous retrouvons également, dans l’ordre, l’importance de la pauvreté au sein de chacune des principales agglomérations urbaines du Québec (Graphique 10).


Source : Classifications spéciales du Recensement de 1996. Calculs du Centre de statistiques internationales au CCDS.

Remarque : Se reporter au glossaire pour les définitions.

Source : Classifications spéciales du Recensement de 1996. Calculs du Centre de statistiques internationales au CCDS.

Remarque : Se reporter au glossaire pour les définitions.

Source : Classifications spéciales du Recensement de 1996. Calculs du Centre de statistiques internationales au CCDS.

Remarque : Se reporter au glossaire pour les définitions.

 

table des matières page précédente page suivante

Autres documents


Le Conseil canadien de développement social
190, rue O'Connor, Suite 100 Ottawa, Ontario, Canada K2P 2R3
Tél : 613-236-8977; Fax : 613-236-2750; Courriel : conseil@ccsd.ca