LE CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL
Sauter les liens de navigation
Logo du CCDS Photo de deux jeunes femmes Photo d'une famille Photo d'Anna et son amie Photo d'Emily Photo de Grand-père et Adam
Recherche :

Autres documents

Réponse

28 novembre 2002

Réponse du Conseil Canadien de développement social au rapport final de la Commission sur l'avenir des soins de santé au Canada

OTTAWA – Le Conseil Canadien de développement social (CCDS) félicite la Commission Romanow d'affirmer le rôle du secteur public dans la prestation des soins de santé en dépit des pressions pour une privatisation accrue, assurant par la même l'accès universel pour tous les Canadiens. Nous approuvons ce plan audacieux qui élargit nettement la protection de l'assurance-santé dans des domaines cruciaux comme les soins à domicile, les services diagnostiques, les soins de santé primaires ainsi que l'accès aux soins dans les régions rurales et éloignées.

«Nous voyons enfin un rapport qui demande au gouvernement fédéral de prendre un rôle de chef de file et d'articuler une vision à l'échelle nationale en matière de soins de santé, qui soit à la fois transparente et viable», a dit Katherine Scott, experte en politiques publiques au CCDS.

«Ce rapport fait ressortir à juste titre la nécessité de proche collaboration entre les paliers de gouvernement. Nous ne pouvons qu'espérer que tous les gouvernements relèveront le défi posé par M. Romanow les incitant à se rapprocher dans leur rôle de dirigeants pour répondre aux besoins de services de santé des Canadiens au 21e siècle», a indiqué Marcel Lauzière, président du Conseil Canadien de développement social.

Le rapport Romanow présente un argument vigoureux en faveur des valeurs fondamentales qui ont défini le système canadien des soins de santé jusqu'à présent et qui sont essentielles pour guider les réformes à l'avenir : équité, impartialité et solidarité.

Le CCDS, comme nous l'avions souligné dans notre soumission à la Commission Romanow, croit qu'il ne faut pas ignorer les plus larges déterminants sociaux de la santé tels la pauvreté et l'environnement. Si l'on restreint la réforme strictement au système officiel des soins de santé, cela n'aboutira pas nécessairement à une meilleure santé pour tous les Canadiens. Le rapport reconnaît l'importance de la prévention et de la promotion de la santé – de manière spécifique en ce qui a trait à l'usage du tabac, l'obésité et l'activité physique. Il reconnaît que la réforme des soins de santé doit être liée à un agenda plus vaste d'égalité sociale et enjoint les gouvernements de prendre les prochaines mesures pour faire des Canadiens et Canadiennes les personnes en meilleure santé au monde.

«Nous espérons que les sommes d'argent recommandées par la Commission n'empêcheront pas le gouvernement d'investir dans d'autres secteurs de politique sociale qui sont directement liés à la bonne santé, notamment la diminution de la pauvreté», dit M. Lauzière.

Tout comme M. Romanow a défini un plan visant à la transparence du financement des services de santé dans tout le Canada sous le nouveau Transfert canadien en matière de santé, nous aimerions voir un modèle semblable appliqué à l'élaboration d'un programme global de politiques sociales pour notre pays.

Autres documents


Le Conseil canadien de développement social
190, rue O'Connor, Suite 100 Ottawa, Ontario, Canada K2P 2R3
Tél : 613-236-8977; Fax : 613-236-2750; Courriel : conseil@ccsd.ca