CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL
Sauter les liens de navigation
Logo du CCDS Photo de deux jeunes femmes Photo d'une famille Photo d'Anna et son amie Photo d'Emily Photo de Grand-père et Adam
Recherche :

Autres documents

Communiqué

17 AVRIL 2000

Les années 1990 ont vu une hausse de la pauvreté dans les villes canadiennes

OTTAWA - Le nombre de gens vivant dans la pauvreté dans les villes canadiennes a augmenté considérablement au début des années 1990, selon un nouveau rapport publié aujourd'hui par le Conseil canadien de développement social (CCDS). La pauvreté urbaine au Canada, contenant des données sur 47 villes, est l'étude la plus exhaustive jusqu'à présent des taux de pauvreté dans les principales agglomérations urbaines au Canada. Elle montre que de 1990 à 1995, le nombre de personnes vivant dans la pauvreté dans les régions métropolitaines au Canada a augmenté d'un taux alarmant de 33,8 pour cent.

Montréal avait le taux le plus élevé de pauvreté parmi toutes les villes, à 41,2% en 1995. Même à Oakville, en Ontario, qui avait le taux le plus bas, près de 10% de la population vivait sous le Seuil de faible revenu de Statistique Canada. «Ces résultats montrent entre autres qu'aucune communauté n'est à l'abri de la pauvreté et que le début des années 1990 a été dur pour nombre d'entre elles», dit l'auteur Kevin Lee, chercheur au CCDS.

«La pauvreté a des répercussions graves sur la santé à long terme des enfants, et des enfants qui ne sont pas en bonne santé affectent à leur tour la santé du pays. Il y a nettement raison de s'inquiéter» dit le nouveau directeur du CCDS Marcel Lauzière.

Parmi les familles pauvres en âge de travailler, le revenu familial moyen était de 14 500 $, soit seulement le quart du revenu moyen de toutes les familles en âge de travailler. «Ce rapport dévoile davantage l'état de la pauvreté dans les villes au Canada et les différences considérables de revenu qui existent tant à l'intérieur des villes qu'entre les villes canadiennes», déclare Lee.

Cette étude d'envergure utilise des données du Recensement de 1996 (les plus récentes qui sont disponibles) et le Seuil de faible revenu de Statistique Canada (SFR) pour comparer les villes à travers le Canada. Le SFR de Statistique Canada, sous lequel on estime que les gens vivent dans des conditions précaires, sert de taux de pauvreté non officiel au Canada. Les sondages d'opinion Gallup au cours des 25 dernières années confirment que le SFR correspond de près à ce qui constitue la pauvreté dans l'opinion publique canadienne.

- 30 -


Le Conseil canadien de développement social
190, rue O'Connor, Suite 100 Ottawa, Ontario, Canada K2P 2R3
Tél : 613-236-8977; Fax : 613-236-2750; Courriel : conseil@ccsd.ca