CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL
Sauter les liens de navigation
Logo du CCDS Photo de deux jeunes femmes Photo d'une famille Photo d'Anna et son amie Photo d'Emily Photo de Grand-père et Adam
Recherche :

Le progrès des enfants au Canada 2000 - autres documents

Communiqué

25 janvier 2000

Le Progrès des enfants au Canada montre la nécessité d'un Programme d'action national pour les enfants

Ottawa – Le Conseil canadien de développement social (CCDS) a fait appel aux premiers ministres pour qu'ils agissent sans plus tarder sur le Programme d'action national pour les enfants, en citant les résultats de recherche de son rapport annuel - Le Progrès des enfants au Canada - comme preuve du besoin urgent d'action.

Le quatrième numéro annuel du Progrès - le rapport annuel le plus exhaustif sur la situation des enfants et des jeunes au Canada - vient de paraître aujourd'hui à Ottawa.

«Les premiers ministres doivent se mettre à la tâche concernant le Programme d'action national pour les enfants, à commencer par la réunion qu'ils vont tenir la semaine prochaine à Québec. Les résultats d'étude de Progrès 2000 démontrent que nos enfants ne peuvent plus attendre», dit Marcel Lauzière, directeur du CCDS.

Le CCDS prévoit une situation pire - et non meilleure - pour les enfants et les familles si nous ne réinvestissons pas dans les services publics, si nous ne changeons pas d'attitude dans les conseils d'administration et si nous ne protégeons pas l'environnement. Les tendances actuelles vont à l'inverse d'où le Premier ministre a déclaré vouloir se diriger.

Le Progrès 2000 fait le suivi d'indicateurs sociaux et économiques dans plusieurs domaines qui affectent la vie des enfants canadiens, à la maison, à l'école et dans leurs quartiers d'habitation. Certaines des tendances inquiétantes révélées dans le rapport de cette année comprennent :

  • l'accès aux services de garde de la petite enfance est stagnant ou en baisse dans la plupart des provinces.
  • les dépenses publiques en éducation ont diminué par rapport au PIB.
  • les frais de scolarité ont augmenté de 125% dans les années 1990.
  • les taux déclarés d'asthme chez les enfants et les jeunes sont à la hausse.
  • il y a davantage d'adolescents qui fument. On relève un taux alarmant de 45% de jeunes de 20 à 24 ans au Québec qui fument.
  • le nombre de personnes qui délarent avoir du mal à concilier le travail et les responsabilités familiales a augmenté de manière significative dans les années 1990.
  • deux tiers des Canadians signalent n'avoir vu aucune amélioration de leur situation financière au cours des 2 ou 3 dernières années.

De graves problèmes pour un plus petit nombre d'enfants au Canada s'enracinent encore plus :

  • il y a davantage d'enfants pris en charge par les agences de protection de l'enfance.
  • les enfants forment une partie notoire du nombre croissant des sans-abri. près de la moitié de ceux qui ont recours aux banques alimentaires ont moins de 18 ans.

Le Progrès des enfants au Canada montre aussi que les jeunes font certains progrès :

  • moins de jeunes sont tués dans des accidents de la route.
  • les taux de criminalité juvénile sont en baisse.
  • la majorité des jeunes adolescents se sentent en sécurité à l'école la plupart du temps.
  • le taux de mortalité infantile continue à chuter.
  • le taux d'allaitement maternel augmente.
  • les jeunes considèrent important la gentillesse et l'honnêteté.

«N'importe quel parent au Canada n'a qu'à regarder son salaire, ses responsabilités quotidiennes à la maison et au travail ou le rendement scolaire de ses enfants pour se rendre compte que la vie de nos enfants est mise en jeu par les sacrifices que nous avons tous faits dans les années 1990», dit la directrice du projet Progrès 2000 Louise Hanvey.

Ces tendances négatives vont à l'encontre de la vision annoncée par les premiers ministres en vue d'un Programme d'action national pour les enfants et qui a été publiée en mai 1999, après deux années de discussions. Malgré un consensus sur une vision commune, Ottawa et les provinces semblent faire peu de progrès pour concrétiser une entente qui ferait une différence pour les enfants au Canada.

Aujourd'hui, le CCDS presse vivement Ottawa de déclarer son prochain budget en tant que budget dédié aux enfants et aux familles.

«Le gouvernement fédéral devrait faire preuve de son engagement à arriver à une entente rapide avec les provinces et les territoires concernant le Programme d'action national pour les enfants, en portant un montant tangible envers les services de développement à la petite enfance dans son budget de février», dit Lauzière.

Le CCDS demande aussi aux dirigeants provinciaux et territoriaux de s'entendre sur une date limite à courte échéance, à laquelle conclure un accord avec le gouvernement fédéral.

- 30 -

Le progrès des enfants au Canada 2000 - autres documents


Le Conseil canadien de développement social
190, rue O'Connor, Suite 100 Ottawa, Ontario, Canada K2P 2R3
Tél : 613-236-8977; Fax : 613-236-2750; Courriel : conseil@ccsd.ca