CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL
Sauter les liens de navigation
Logo du CCDS Photo de deux jeunes femmes Photo d'une famille Photo d'Anna et son amie Photo d'Emily Photo de Grand-père et Adam
Recherche :

Autres documents

Synthèse
17 AVRIL 2000

La pauvreté dans les agglomérations urbaines du Québec
par Sylvain Schetagne

Le rapport La pauvreté dans les agglomérations urbaines du Québec vient en réponse à un besoin d'informations sur la pauvreté au niveau local pour le Québec. Se basant sur les données du Recensement de 1996, ce rapport servira de ressource pratique aux personnes intéressées par la problématique de la pauvreté au Québec. Il permettra à ceux qui font des recherches, qui élaborent des politiques publiques ou qui fournissent des services, de mieux comprendre la nature de la pauvreté au coeur de leur propre agglomération urbaine, et la manière dont elle diffère de la pauvreté dans d'autres agglomérations urbaines du Québec.

L'auteur trace, dans un premier temps, un portrait de la pauvreté au Québec et un bilan de son évolution depuis le début des années 1990. Dans un deuxième temps, il présente, pour différentes caractéristiques démographiques et différents types de ménages, l'incidence de la pauvreté au sein des principales agglomérations urbaines du Québec, calculée à partir des taux de faible revenu basés sur le Seuil de faible revenu de Statistiques Canada pour 1995. Dans un troisième temps, il mesure l'intensité de la pauvreté, c'est-à-dire l'écart moyen entre les revenus des individus et des familles pauvres dans ces agglomérations et le Seuil de faible revenu. Finalement, il regroupe les informations relatives à l'incidence et à l'intensité de la pauvreté afin de construire un indice de pauvreté pour chacune des agglomérations urbaines à l'étude. Cet indice lui permet d'évaluer l'importance de la pauvreté chez les personnes seules et dans les familles des principales agglomérations urbaines du Québec à partir de deux dimensions importantes de la pauvreté.

Voici quelques-uns des principaux résultats de la recherche :

  • Certains groupes sont plus affectés par la pauvreté que d'autres, notamment les jeunes et les personnes âgées, les femmes, les Autochtones, les personnes handicapées, les membres des minorités visibles, les personnes avec un faible niveau de scolarité, les sans-emploi, les personnes qui vivent seules ou en famille monoparentale. Les données disponibles nous indiquent également que la pauvreté progresse plus rapidement au sein de certains groupes, en particulier chez les jeunes.

  • Lorsque l'on examine les 23 plus grandes agglomérations urbaines du Québec, on observe une grande disparité dans l'incidence de la pauvreté entre les régions à l'étude. On peut observer que l'incidence de la pauvreté de l'agglomération comptant la plus grande proportion de personnes pauvres, soit Montréal, correspond à plus du double (27,3%) de la proportion de personnes pauvres de l'agglomération comptant le moins de pauvres, soit Baie-Comeau (12,0%). Mais il n'y a pas que la région métropolitaine de Montréal qui soit grandement affectée par la pauvreté. Les agglomérations urbaines de Shawinigan et de Joliette se distinguent également par leur proportion très élevée de personnes vivant sous le Seuil de faible revenu.

  • Au Québec, l'écart moyen entre le revenu des personnes seules pauvres et le Seuil de faible revenu atteint 7 339 $ en 1995. Autrement dit, les personnes seules gagnent en moyenne, incluant les transferts gouvernementaux, 7 339 $ de moins que le Seuil de faible revenu. Parmi les agglomérations urbaines à l'étude, Montréal, Québec et Hull surpassent la moyenne québécoise en ce qui a trait à l'écart entre les revenus des personnes seules et le seuil de faible revenu. En moyenne à Montréal, les personnes seules ont un revenu de 8 035 $ inférieur au Seuil de faible revenu, alors qu'il est de 7 967 $ à Québec et de 7 759 $ dans l'agglomération de Hull. L'écart de pauvreté des familles québécoises se situe à 10 260 $ en 1995, ce qui signifie qu'en moyenne, les familles québécoises qui vivent dans la pauvreté ont des revenus inférieurs de 10 260 $ au Seuil de faible revenu.

  • Lorsque l'on tient compte de l'incidence et de l'intensité de la pauvreté dans l'ensemble des agglomérations urbaines à l'étude, on constate que, par rapport à l'ensemble du Québec, les agglomérations de Montréal, Québec et Shawinigan sont parmi les agglomérations urbaines de grande et de moyenne taille les plus pauvres du Québec alors que Baie-Comeau, Thetford Mines et Rouyn-Noranda sont parmi celles les moins pauvres (voir graphique à la page suivante).

  • La construction d'un indice de la pauvreté à partir de deux dimensions nous permet d'avoir un meilleur aperçu de la pauvreté dans chacune des agglomérations à l'étude. L'exemple de l'agglomération de Baie-Comeau nous permet de démontrer la grande distinction à faire entre l'incidence de la pauvreté et son intensité. Alors que Baie-Comeau comptait, en proportion, le moins de personnes seules sous le Seuil de faible revenu, les résultats démontrent que cette agglomération se situe parmi le peloton de tête des agglomérations à l'étude en ce qui concerne l'intensité de la pauvreté pour les personnes seules.

  • La croissance économique des dernières années ne semble pas avoir profité à tous de la même façon. Certaines régions, comme Trois-rivières et Sherbrooke, ne semblent pas avoir profité de la reprise, sauf très récemment. Lorsque l'on observe la création annuelle nette d'emplois par région administrative, on remarque que 7 des 16 régions administratives du Québec ont connu des pertes nettes d'emplois en 1998, malgré la croissance économique. Dans l'étude des taux de faible revenu pour l'ensemble du Québec, on s'aperçoit que certains groupes de la société n'ont pas bénéficié de la reprise, en particulier les personnes âgées.

  • La compréhension de la pauvreté et l'élaboration de solutions à tous les paliers demeurent une priorité pour le mieux-être de la population. La disponibilité prochaine d'études longitudinales devrait permettre au CCDS de mieux saisir la dynamique relative au phénomène de la pauvreté, notamment en ce qui a trait à sa durée et aux conséquences qui en découlent. D'autres travaux devront également être effectués pour évaluer les répercussions de la reprise économique actuelle sur l'incidence de la pauvreté.

Le tableau montre l'indice combiné de pauvreté dans les principales agglomérations du Québec.
Source : Classifications spéciales du Recensement de 1996. Calculs du Centre de statistiques internationales au CCDS.

- 30 -


Le Conseil canadien de développement social
190, rue O'Connor, Suite 100 Ottawa, Ontario, Canada K2P 2R3
Tél : 613-236-8977; Fax : 613-236-2750; Courriel : conseil@ccsd.ca