CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL
Sauter les liens de navigation
Logo du CCDS Photo de deux jeunes femmes Photo d'une famille Photo d'Anna et son amie Photo d'Emily Photo de Grand-père et Adam
Recherche :

Les jeunes immigrants au Canada - autres documents

LES CARACTÉRISTIQUES DE MODE DE VIE
DES JEUNES IMMIGRANTS

Soutiens sociaux et croyances religieuses

Les relations personnelles avec la famille et les amis ont des répercussions puissantes sur la santé physique et affective des jeunes. Les jeunes ont tendance à faire appel à leurs amis en cas de besoin et, à mesure qu’ils grandissent, ces relations prennent de plus en plus de place dans leur vie5. Selon l’Enquête sur les comportements de la santé des jeunes d’âge scolaire (enquête HBSC), les jeunes qui ne sont pas bien intégrés socialement ont beaucoup plus de probabilités de manifester des troubles de santé physique et mentale. L’étude a trouvé que les élèves qui ont des bons amis à qui ils peuvent se confier et avec qui ils partagent des activités, ont une meilleure confiance en soi, et ont plus tendance à être bien ajustés à l’école et à bien s’entendre avec leurs parents.

Graphique 1

Les résultats de l’Enquête nationale sur la santé de la population de 1996 indiquent que la majorité des enfants et des jeunes au Canada ont le sentiment d’avoir quelqu’un sur qui compter en cas de crise ou quand ils doivent prendre une décision importante. Pourtant, les jeunes immigrants récents ont moins tendance à dire qu’ils ont quelqu’un à qui ils peuvent se confier. C’est peut-être parce que cela prend du temps de se faire des amis intimes et qu’ils ont dû quitter ceux qu’ils avaient auparavant quand ils ont immigré.

Les jeunes trouvent aussi du soutien social en participant à des organismes bénévoles ou au moyen de leurs affiliations religieuses. Tant les enfants immigrants que non immigrants participent à des organismes bénévoles au Canada, mais les jeunes immigrants ont tendance à être plus actifs dans les organismes religieux par rapport aux jeunes nés au Canada. Les jeunes immigrants récents attachent plus d’importance à la religion – près des trois-quarts d’entre eux disent que leurs croyances religieuses jouent un rôle important dans leur vie. Par comparaison, seulement un peu plus de la moitié des jeunes nés au Canada disent la même chose. À mesure que s’allonge leur temps de résidence au Canada, l’intérêt des jeunes pour la religion a tendance à diminuer. Seulement 9% des jeunes nés au Canada se déclarent très religieux, par rapport à16% des jeunes qui vivent au Canada depuis 10 ans ou plus et 22% de ceux qui vivent au pays depuis moins de 10 ans.

Graphique 4

Plus d’un tiers (35%) des enfants et des jeunes immigrants récents assistent aux services religieux au moins une fois par semaine. Par contraste, seulement 23% des jeunes qui vivent au Canada depuis 10 ans ou plus assistent aux services religieux chaque semaine et le chiffre passe à 16% chez les jeunes nés au Canada. Les organismes religieux aident la plupart des immigrants récents à établir un réseau social et plusieurs églises proposent des activités pour les enfants et les jeunes, et certaines offrent même des services dans d’autres langues que le français ou l’anglais.

Les jeunes immigrants récents ont moins tendance à consommer de l’alcool ou à fumer des cigarettes

Le taux de fumeurs est élevé chez les jeunes et a augmenté dans les dernières années au Canada, représentant un risque important pour leur santé6. En outre, la majorité des jeunes Canadiens de 15 à 24 ans consomment aussi de l’alcool à l’occasion ou régulièrement7. Les jeunes immigrants ont moins tendance à fumer ou à boire que les jeunes nés au Canada. Cependant, à mesure qu’ils s’adaptent à la société canadienne, les jeunes immigrants commencent à adopter les mêmes habitudes de consommation de tabac et d’alcool que les autres jeunes Canadiens. Un peu plus d’un jeune sur 10 âgé de 12 à 24 ans qui avait vécu au Canada depuis moins de 10 ans fumait, mais ce chiffre passait à près de 3 sur 10 pour les jeunes nés au Canada.

Graphique 5

Graphique 6

La consommation d’alcool suit la même tendance que l’usage de cigarettes. La consommation d’alcool est plus fréquente chez les jeunes nés au Canada, et ensuite chez les jeunes immigrants qui vivent au Canada depuis 10 ans ou plus. Les jeunes immigrants qui vivent au Canada depuis moins de 10 ans sont ceux qui ont le moins tendance à boire. Parmi les jeunes qui boivent de l’alcool, les jeunes nés au Canada ont plus tendance à boire régulièrement que les jeunes immigrants et ont aussi plus tendance à faire des excès de boisson. En 1996, six jeunes sur 10 nés au Canada déclaraient avoir fait un excès de boisson à au moins une occasion pendant l’année précédente – en consommant 5 boissons ou plus d’affilée. Par comparaison, seulement 3 jeunes immigrants sur 10 avaient eu ce comportement.

Graphique 7

Les habitudes de fumer et de boire des jeunes suivent souvent l’influence des autres jeunes de leur entourage. Plusieurs jeunes immigrants n’ont probablement pas beaucoup d’amis ou de connaissances qui fument ou prennent de l’alcool, mais à mesure qu’ils s’intègrent davantage à la société canadienne, ils sont plus susceptibles d’adopter le mode de vie et les habitudes de la jeunesse locale. Ils commenceront à avoir plus d’amis qui fument et qui boivent. Plus d’un tiers des jeunes immigrants n’ont pas d’amis ou de connaissances qui fument des cigarettes, par rapport à 20% des jeunes nés au Canada. Un jeune sur 5 né au Canada déclare que presque tous les gens avec qui ils ont des contacts sociaux sont des fumeurs. Cela est vrai pour seulement un jeune immigrant sur 10. En ce qui est des étudiants du secondaire nés à l’étranger, la recherche montre que la probabilité de consommation d’alcool augmente avec le nombre d’années qu’ils ont passées au Canada8. Par rapport aux jeunes immigrants récents, les jeunes nés au Canada et les adolescents immigrants qui vivent au Canada depuis plus de 10 ans ont plus tendance à avoir des amis ou des connaissances qui consomment trop d’alcool.

Graphique 8

 

Les jeunes immigrants ont moins tendance à combiner les études et le travail

Il est crucial dans notre économie moderne basée sur le savoir et la technologie de terminer son secondaire. C’est un facteur clé dans la baisse du chômage. La possibilité d’un jeune adulte de trouver un emploi et de mener un mode de vie indépendant est fortement liée à son éducation et ses compétences.

Les jeunes immigrants de 15 à 19 ans sont tout aussi susceptibles que ceux nés au Canada de rester à l’école. Cependant, les immigrants de 20 à 24 ans ont plus tendance à être aux études que les jeunes du même âge nés au Canada. Seulement 37% des jeunes de 20 à 24 ans nés au Canada poursuivent actuellement des études, par rapport à 54% des immigrants dans cette tranche d’âge qui vivent au Canada depuis moins de 10 ans et à 50% de ceux qui vivent au Canada depuis 10 ans ou plus.

Il est plus courant chez les jeunes de 15 à 19 ans nés au Canada de combiner l’école et le travail que chez les immigrants récents de cet âge. Plus de la moitié des adolescents nés au Canada ont un emploi tout en allant à l’école à temps plein ou à temps partiel, par rapport à un quart des immigrants adolescents qui vivent au Canada depuis moins de 10 ans.

On remarque les mêmes habitudes chez les jeunes de 20 à 24 ans. Parmi ce groupe, 79% des étudiants nés au Canada et 80% des étudiants qui vivent au Canada depuis 10 ans ou plus ont un emploi alors qu’ils étudient à temps plein ou à temps partiel, mais c’est le cas pour moins de la moitié de ceux qui vivent au Canada depuis moins de 10 ans. À nouveau, ces différences dans le mode de vie s’amenuisent à mesure que les jeunes nés à l’étranger s’intègrent à leur nouveau pays.

Les jeunes immigrants au Canada - autres documents


Le Conseil canadien de développement social
190, rue O'Connor, Suite 100 Ottawa, Ontario, Canada K2P 2R3
Tél : 613-236-8977; Fax : 613-236-2750; Courriel : conseil@ccsd.ca