CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL
Sauter les liens de navigation
Logo du CCDS Photo de deux jeunes femmes Photo d'une famille Photo d'Anna et son amie Photo d'Emily Photo de Grand-père et Adam
Recherche :

Autres documents

Synthèse

7 décembre 1998

Progrès des enfants au Canada 1998

L'objectif à long terme du Progrès des enfants au Canada est de mesurer les indicateurs de bien-être de nos enfants et de nos jeunes d'une année sur l'autre. Le troisième numéro, qui vient de paraître, montre les changements qui se sont produits au cours des années 90. Nous présentons également des nouvelles données sur certains domaines où les enfants s'en sortent bien et sur d'autres qui méritent de se préoccuper.

Ce rapport, de 72 pages cette année, présente une mine de données et d'information sur les enfants et les jeunes et est réparti en deux sections principales. La première section évalue les facteurs de départ qui affectent le bien-être de l'enfant, comme la sécurité économique, la sécurité physique et les ressources communautaires. La deuxième section passe en revue la situation des enfants et des jeunes en étudiant les résultats obtenus, comme la réussite scolaire, l'état de santé et l'emploi des jeunes.

Le Conseil canadien de développement social est l'un des centres de recherche les plus respectés au Canada. C'est un organisme national indépendant, à but non lucratif, qui s'intéresse aux questions de sécurité sociale et économique. Le financement principal pour ce projet est fourni par la Fondation Laidlaw, avec des subventions supplémentaires offertes par Santé Canada, Patrimoine canadien et du Centre national de la prévention du crime.

Points marquants du Progrès des enfants au Canada 1998

Portrait des enfants et des jeunes

  • Un nombre croissant d'enfants et de jeunes Canadiens sont nés hors du pays. De 1991 à 1996, le nombre d'enfants immigrants a augmenté de 26% et le nombre de jeunes immigrants (de 15 à 24 ans) a augmenté de 7%. À Toronto et à Vancouver, plus d'un jeune sur quatre âgé de 15 à 24 ans était né hors du Canada.

  • Les jeunes forment plus de la moitié de la population Autochtone au Canada. Moins d'un tiers des jeunes Autochtones vivent dans les grandes agglomérations urbaines, par rapport à près de deux tiers de tous les jeunes Canadiens.

  • Les jeunes sans-abri représentent un groupe petit mais préoccupant des jeunes au Canada. Une étude à Montréal a révélé que plus de 60% d'entre eux avaient quitté un domicile de violence et que 40% prenaient de la drogue par intraveineuse.


Qu'est-ce qui contribue au bien-être des enfants et des jeunes?

La vie familiale

  • Le nombre d'enfants de moins de 12 ans dont les parents sont séparés ou divorcés a triplé dans les derniers 20 ans. La majorité des enfants de moins de 12 ans restent à la garde de leur mère après la séparation.

  • Les enfants en famille monoparentale ont plus de risques de moins bien s'épanouir que les autres enfants si leur famille est très pauvre ou vit dans un quartier peu sécuritaire.

La sécurité économique

  • Le taux de chômage à long terme chez les familles avec enfants a baissé de 1994 à 1996. Le nombre de familles qui se préoccupent de la perte d'emploi a aussi diminué. Cependant, en 1996, le revenu familial moyen après impôts était de 43 400 $, une baisse par rapport aux 43 700 $ de 1994.

  • Les dépenses pour les besoins essentiels ont accaparé moins du revenu familial en 1996 qu'en 1992. Cependant, les familles à faible revenu dépensaient encore plus chaque mois, pour l'ensemble des dépenses, qu'elles ne gagnaient, alors que les familles à revenu élevé avaient augmenté leur capacité d'épargner.

  • L'écart entre familles riches et familles pauvres a augmenté de 3 000 $ de plus entre 1994 et 1996. Le nombre d'enfants pauvres a augmenté de 1,36 million en 1994 à 1,5 million en 1996, faisant monter le taux de pauvreté des enfants de 19,5% à 21%.

  • Le taux de pauvreté des jeunes Canadiens en milieu urbain a augmenté entre 1991 et 1996. Les taux de pauvreté chez les jeunes sont les plus élevés à Montréal, Vancouver, Halifax et Toronto.

La sécurité physique

  • L'utilisation du casque de bicyclette chez les jeunes a augmenté de 1994 à 1996, mais ceux qui en portent sont encore une minorité.

  • Le taux de criminalité au Canada a baissé pour la sixième année consécutive en 1997. Le taux d'homicides a touché son point le plus bas depuis 1969.

  • Le taux de décès d'enfants causés par arme à feu au Canada est l'un des pires parmi les pays industrialisés. Sur 26 pays industrialisés, il n'y a que les États-Unis, la Finlande, l'Irlande du Nord et Israël qui ont des taux supérieurs de décès liés aux armes à feu.

Les ressources communautaires

  • Les coûts universitaires sont en hausse. La moyenne des tarifs universitaires du premier cycle a augmenté de 7% de 1997 à 1998 et la moyenne de la dette étudiante pour les diplômés du premier cycle a augmenté de près de 50% depuis 1995.

  • Le prix du logement est moins abordable pour un nombre croissant de familles. De 1991 à 1996, les problèmes liés au prix inabordable des loyers ont augmenté, surtout pour les familles jeunes ou monoparentales, et la construction de logements sociaux a cessé dans la plupart des provinces.

  • Les soins de santé sont devenus la préoccupation principale des Canadiens.

  • Les coûts limitent l'accès aux activités récréatives pour les familles à faible revenu. Moins de la moitié des familles à faible revenu avec enfants ont dépensé de l'argent en tarifs d'utilisation pour des activités récréatives, par rapport à 72% des familles à revenu élevé.

  • Le nombre de personnes qui ont recours aux banques alimentaires au Canada a plus que doublé dans la dernière décennie. Les enfants et les jeunes de moins de 18 ans forment 42% de ceux qui ont recours aux banques alimentaires pour toute ou partie de leur alimentation.

La vitalité civique

  • Les initiatives municipales adaptées aux jeunes sont en hausse. Sur les 21 villes canadiennes qui ont répondu à l'enquête, sept avaient un comité consultatif de jeunes, par rapport à trois sur 19 villes enquêtées en 1997.

  • Le nombre de Canadiens qui font du bénévolat a augmenté de deux millions entre 1987 et 1997, et le nombre d'heures de bénévolat a augmenté de 9%. Près de 40% des heures de bénévolat étaient données à des activités de services sociaux et récréatives, dont plusieurs sont au bénéfice des enfants et des jeunes.


Comment s'en sortent les enfants et les jeunes?

L'état de santé

  • Environ 57 000 enfants Canadiens de moins de 12 ans ont souffert de faim en 1994 par manque de nourriture ou d'argent. La majorité des enfants qui souffrent de faim vivent en famille monoparentale et un nombre élevé sont des enfants Autochtones.

  • Le nombre d'adolescents qui fument des cigarettes a grimpé énormément de 1990 à 1996 – de 21% à près de 30%.

  • Les maladies transmises sexuellement ont diminué depuis 1990 chez les adolescents, mais le taux des grossesses a augmenté.

  • Le taux de décès causés par blessure chez les jeunes de 15 à 19 ans a baissé de 49,7 pour 100 000 habitants en 1991, à 42,4 en 1995.

  • Environ 15% des jeunes de 20 à 24 ans sont trop gros, même si deux fois cette proportion de jeunes femmes pensent qu'elles le sont.

L'engagement social

  • Plus de jeunes Canadiens font du bénévolat. De 1987 à 1997, le taux de jeunes bénévoles a presque doublé – de 18% à 33%.

  • Plus de 90% de jeunes de 12 à 24 ans disent qu'ils ont quelqu'un à qui ils peuvent se confier et sur qui ils peuvent compter. Les jeunes femmes ont plus tendance à avoir un haut niveau de soutien social que les jeunes hommes.

  • Les taux de criminalité juvénile ont baissé pour la sixième année consécutive. Pour la deuxième année consécutive, les inculpations de jeunes pour des crimes violents ont baissé.

  • L'intimidation parmi les enfants est une source d'inquiétude sérieuse. De nouvelles données révèlent qu'au Canada un garçon sur sept de 4 à 11 ans intimidait d'autres enfants et c'était le cas pour une fille sur onze.

  • Le nombre d'enfants disparus a augmenté de près de 2 000 enfants en 1997. Les fugueurs, dont 60% sont des adolescentes, représentent la plus grande proportion des enfants disparus.

L'éducation

  • Plus de jeunes femmes obtiennent des diplômes postsecondaires. Leur taux d'inscription dans tous les domaines d'études est au moins de 25% plus élevé qu'il y a dix ans, bien qu'elles soient encore en plus faible proportion en études d'ingénierie, de sciences physiques et appliquées et de mathématiques.

  • Un jeune Canadien sur trois de 16 à 25 ans atteint le plus haut niveau en capacité de lecture et d'écriture, au deuxième rang après les jeunes Suédois. Cependant, le Canada a aussi la troisième plus haute proportion de jeunes avec de mauvaises capacités de lecture et d'écriture – à 10%.

  • L'accès des enfants aux chances d'apprentissage parascolaire dépend du revenu familial. Les enfants des familles à revenu élevé ont trois fois plus tendance à participer à ce type d'activités que ceux des familles à faible revenu.

Le profil de la main d'oeuvre pour les jeunes

  • Le chômage chez les adolescents a augmenté de façon significative. Moins de la moitié des adolescents avaient des emplois d'été en 1997, une baisse par rapport à deux tiers en 1989.

  • Les taux d'emploi des jeunes parents et leurs revenus de travail ont fortement chuté dans les années 90. Il y a cependant plus de parents de moins de 25 ans qui sont aux études, améliorant ainsi leurs possibilités de revenu à long terme.

  • La plupart des jeunes sans-abri n'ont pas d'emploi. Environ 30% ont un emploi légitime. Le reste d'entre eux se tournent vers la mendicité, la drogue et la prostitution.


Initiatives de politiques pour les enfants et les jeunes

  • La Prestation nationale pour enfants est entrée en vigueur en 1998. Chaque province a annoncé des initiatives complémentaires destinées à réduire la pauvreté des enfants et accroître les incitatifs au travail pour les parents à faible revenu.

  • Des amendements à la Loi sur les jeunes contrevenants ont été proposés pour augmenter les condamnations de jeunes pour des crimes graves. D'autre part, le gouvernement fédéral a augmenté les fonds pour une initiative nationale de prévention du crime et de sécurité communautaire.

  • Terre-Neuve a adopté un plan de stratégie sociale pour réduire le chômage des jeunes et la pauvreté des enfants, entre autres objectifs.

  • L'Ontario a lancé un nouveau programme pour fournir plus de soutien aux familles avec des jeunes enfants qui sont à plus grand risque d'avoir des problèmes de développement.

- 30 -


Le Conseil canadien de développement social
190, rue O'Connor, Suite 100 Ottawa, Ontario, Canada K2P 2R3
Tél : 613-236-8977; Fax : 613-236-2750; Courriel : conseil@ccsd.ca