CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL
Sauter les liens de navigation
Logo du CCDS Photo de deux jeunes femmes Photo d'une famille Photo d'Anna et son amie Photo d'Emily Photo de Grand-père et Adam
Recherche :

Autres documents

Communiqué

Le 9 décembre 1997

Un nouveau rapport sur les enfants donne une image inquiétante

Ottawa --Le Conseil canadien de développement social a aujourd'hui lancé un avertissement au Premier Ministre et aux premiers ministres provinciaux en signalant que les coupures d'investissement dans les services publics pour les enfants et leur famille entraînent de sérieux dommages à un nombre croissant de personnes au Canada. Cet avertissement est donné deux jours avant la rencontre des premiers ministres provinciaux qui vont discuter du chômage des jeunes, des soins de santé et des programmes sociaux au pays.

L'avertissement du Conseil coïncide avec la parution du Progrès des enfants au Canada 1997, le deuxième numéro de cette série annuelle de rapports d'étude sur le bien-être des enfants au Canada. Ce rapport de 68 pages sous format magazine fournit une mine de renseignements sur la situation des enfants, sur leur santé, leur rendement scolaire ainsi que les relations sociales et perspectives d'emploi des jeunes. On y fait aussi une évaluation des ressources communautaires destinées aux enfants.

«La vie des enfants subit des pressions qui s'intensifient. Le revenu moyen des familles a baissé et les écoles disent qu'elles n'ont pas les ressources suffisantes. Un signe inquiétant, surtout à la suite de la tragédie qui s'est déroulée à Victoria il y a deux semaines, c'est que près de la moitié des garçons et un quart des filles de 15 ans ont déclaré avoir participé à des actes d'intimidation à l'école l'année passée», dit Katherine Scott, du CCDS et directrice de recherche pour le rapport.

Selon le rapport, le taux d'asthme chez les enfants a doublé en 15 ans et les deux tiers des enfants au Canada ne sont pas assez actifs pour avoir une santé et se développer dans des conditions optimales. En même temps, les tarifs d'utilisation des installations récréatives augmentent. La majorité des enfants pauvres et près de la moitié des enfants de familles plus affluentes ne reçoivent pas des soins dentaires réguliers, probablement parce que dans cinq provinces et territoires, il n'y a aucun régime public d'assurance dentaire. Du côté positif, tous les enfants Canadiens ont accès aux soins de santé de base, en raison du régime public d'assurance maladie.

«Même si les jeunes avec un diplôme universitaire ont de bien meilleures perspectives d'emploi que ceux qui n'ont que leur secondaire, les tarifs universitaires sont montés en flèche depuis 1990, et la dette moyenne pour un étudiant est passée à 22 000$ et continue à grimper», a dit Scott.

«Nous déclarons aux premiers ministres que les répercussions de la restreinte des gouvernements commencent à avoir un effet néfaste sur les enfants et les jeunes de la classe moyenne autant que sur les pauvres. Si cette tendance se poursuit, les chances des enfants de s'épanouir dans tout leur potentiel sont mises à risque», a dit Scott.

- 30 -


Le Conseil canadien de développement social
190, rue O'Connor, Suite 100 Ottawa, Ontario, Canada K2P 2R3
Tél : 613-236-8977; Fax : 613-236-2750; Courriel : conseil@ccsd.ca