CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL
Sauter les liens de navigation
Logo du CCDS Photo de deux jeunes femmes Photo d'une famille Photo d'Anna et son amie Photo d'Emily Photo de Grand-père et Adam
Recherche :

Autres documents

Communiqué

 

le 18 Mars 1997

Les familles pauvres perdent du terrain sur le marché du travail

Ottawa -- Une étude du CCDS qui paraît aujourd'hui, intitulée Left Poor by the Market: A look at family poverty and earnings* montre que la situation des familles pauvres sur le marché du travail s'est aggravée depuis 10 ans. Les auteurs de l'étude, Grant Schellenberg, conseiller de recherche au CCDS, et David Ross, directeur général du CCDS, ont comparé les conditions sur le marché du travail en 1984 et en 1994, deux périodes semblables dans le cycle des affaires. Ils ont trouvé que les familles qui vivent en dessous du seuil de pauvreté ont subi une baisse de leurs gains et qu'un moins grand nombre cherche activement du travail.

Les familles les plus touchées sont celles des jeunes adultes (moins de 35 ans) et les familles monoparentales. Les familles pauvres dont les adultes ont entre 54 et 65 ans ont aussi perdu du terrain dans la décennie, étant donné que le taux de chômage pour ce groupe d'âge a augmenté. Les auteurs révèlent que la plus forte augmentation de la pauvreté du marché a eu lieu en Ontario, et que les familles pauvres au Nouveau-Brunswick ont vu le plus d'amélioration dans leur situation.

"Il est clair que le manque d'emplois et la baisse des salaires minimum au cours de la décennie ont affecté le plus durement ceux qui gagnent les plus bas revenus au Canada" a déclaré Schellenberg.

"Nous avons entrepris cette étude parce les gouvernements d'aujourd'hui coupent les dépenses publiques pour les programmes sociaux, en espérant que les familles pauvres vont être en mesure d'augmenter leur autonomie financière par leurs propres gains sur le marché. Malheureusement, ce rapport suggère que le marché du travail est dans une position encore plus déplorable qu'il y a dix ans pour permettre aux familles de gagner suffisamment pour passer au-dessus du seuil de pauvreté," a dit Ross.

"Plus d'un demi million de familles Canadiennes ont dû compter sur des soutiens publics du revenu pour rester au-dessus du seuil de pauvreté en 1994. Sans l'aide de ces transferts du gouvernement, le nombre de familles pauvres au Canada aurait augmenté de 56 pour cent cette année là. Et la profondeur moyenne de la pauvreté aurait augmenté de 70 pour cent, ou de 5 700 $ par famille pauvre," a dit Schellenberg.

- 30 -


Le Conseil canadien de développement social
190, rue O'Connor, Suite 100 Ottawa, Ontario, Canada K2P 2R3
Tél : 613-236-8977; Fax : 613-236-2750; Courriel : conseil@ccsd.ca