CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL
Sauter les liens de navigation
Logo du CCDS Photo de deux jeunes femmes Photo d'une famille Photo d'Anna et son amie Photo d'Emily Photo de Grand-père et Adam
Recherche :

Énoncés de politiques

Communiqué
5 octobre 2000
Pour diffusion immédiate

L'excédent fiscal croissant permet au gouvernement d'établir de nouvelles priorités pour le prochain budget

Ottawa - Le Conseil canadien de développement social fait appel au gouvernement fédéral pour qu'il aide les Canadiens à se rapprocher - au lieu de se distancer - en préparant son prochain budget. Dans son mémoire de 20 pages au Comité permanent des Finances, le CCDS énumère une série de recommandations qui mettraient l'accent sur un nouvel investissement social, en contrepoids avec la réduction de la dette et l'allégement fiscal.

«Avec des excédents qui n'arrêtent pas de gonfler, il est temps d'investir dans des secteurs comme la garde d'enfants, le logement et la formation professionnelle, afin de renverser certaines des tendances les plus négatives qui se sont développées au cours des dernières années. Entre autres, elles comprennent la baisse du revenu réel pour la majorité des ménages et l'augmentation des coûts pour les familles en ce qui est des services essentiels, comme l'éducation, les soins de santé, le logement et la garde d'enfants» déclare Marcel Lauziere, directeur général du CCDS.

«La taille de l'excédent fédéral et les bonnes perspectives de croissance continue et de création d'emplois donnent au Canada une excellente occasion de réduire le risque d'exclusion sociale auquel font face les gens laissés en arrière par la nouvelle économie. Il y a désormais ample justification de financer un investissement social et de cibler un allégement fiscal envers les salariés à faible et moyen revenu, sans pour cela compromettre la baisse régulière de la dette fédérale par rapport au PIB, ni sans limiter la croissance et la création d'emplois», ajoute Andrew Jackson, directeur de recherche au CCDS.

Si le gouvernement ne prend pas ces mesures, le CCDS lance un avertissement que le Canada risque de créer une importante classe inférieure de citoyens pauvres, composée principalement de familles monoparentales et de jeunes familles biparentales, de personnes handicapées et d'immigrants récents.

Afin d'améliorer l'infrastructure sociale au Canada, le CCDS recommande :

  • d'augmenter les fonds fédéraux au Programme d'action national pour les enfants afin d'accroître les chances de développement pour les enfants et les jeunes.

  • d'accélérer l'échéancier visant à augmenter la Prestation fiscale canadienne pour enfants et d'éliminer moins rapidement les prestations à mesure que le revenu familial augmente.

  • un programme d'action national pour les personnes handicapées qui permettrait aux provinces de créer de meilleurs soutiens et services à l'égard des personnes handicapées, et l'amélioration des crédits d'impôt pour les personnes handicapées.

  • une réforme fiscale pour soustraire davantage de ménages pauvres à l'imposition sur le revenu et alléger le fardeau fiscal pour toutes les familles avec enfants.

  • que le Fédéral assume un rôle de chef de file pour développer une nouvelle stratégie nationale de logements à prix abordables.

  • l'établissement d'un fonds de recherche de 50 millions de dollars pour le développement d'indicateurs de progrès sociaux.

Le CCDS estime que ses recommandations fiscales coûteraient environ 2,6 milliards de dollars, une portion modeste de l'excédent fédéral prévu d'au moins 12 milliards de dollars. Il recommande que le reste de l'excédent, moins les montants mis de côté pour la réserve des frais imprévus et pour tenir compte de prévisions économiques conservatrices, soit alloué à des investissements sociaux.

- 30 -


Le Conseil canadien de développement social
190, rue O'Connor, Suite 100 Ottawa, Ontario, Canada K2P 2R3
Tél : 613-236-8977; Fax : 613-236-2750; Courriel : conseil@ccsd.ca